Depuis sa live session au Trocadéro il y a un an maintenant, Timsters a connu une véritable évolution aussi bien artistiquement qu’humainement. Rencontre avec l’un des producteurs français les plus prometteurs.

Si tu devais définir ton projet Timsters en 3 mots, quels mots utiliserais-tu ? 

Le Mouvement / Le Sens / L’ Aventure

Nous te suivons depuis quelque temps déjà chez Riptide Mag, et tu sembles avoir bien évolué depuis, comment jugerais-tu l’évolution de ton projet Timsters par rapport à ces dernières années ?

Déjà merci beaucoup pour votre soutien ça fait trop plaisir <3 

C’est toujours compliqué de juger sa propre évolution, d’avoir un recul sur soi et sur son parcours. Le fait de collaborer avec nombre d’artistes très différents ces 2 dernières années m’a donné plus confiance en mon travail. Je crois qu’à travers la musique et toutes ces rencontres, j’apprends à me connaître un peu mieux chaque jour. J’ai fait mon premier EP « Chapter One « en quasi solitaire dans mon studio Rennais, le prochain (qui sortira en novembre sur le label filature) sera collaboratif et produit entre Berlin et Paris.

Tu as récemment sorti « Don’t You Give Up », comment s’est passé la construction de ce morceau ? 

J’ai écrit le morceau avec Narou (“Her Love”) lors d’une session de travail dans son studio à Berlin. C’est mon manager qui nous a présentés. La session s’est trop bien passé, gros feeling. Ensuite j’ai retravaillé la prod avec mon ami Janee à Touray en Belgique (“I Won’t Lose”) pour la finaliser dans mon studio à Paris. Il s’est passé un an.

Le titre a été mixé par l’excellent Paul Edouard Lauderneau à Bruxelles.

Pourquoi avoir choisi de sortir une version française de ton morceau ? 

Une version française de « Call Now, Amor: +33977555577 » ? Pour mon prochain EP qui sortira en Novembre, j’ai collaboré avec beaucoup d’artistes très différents à Berlin, et ils me disaient tous : pourquoi tu ne chantes pas en français? Depuis le début de l’élaboration de mes nouveaux titres, cette idée trotte pas mal dans ma tête. J’ai même commencé à prendre quelques cours d’écriture en français, demandés conseils à des proches, … Pour revenir à « Call Now, Amor: +33977555577 », j’avais très envie d’en faire une version piano/voix avec mon amie Olga Kiav, et l’idée de réécrire un couplet en français est venue très naturellement en imaginant le duo, elle interprète tellement bien cette langue…

Lorsque tu composes tes musiques, de quoi ou de qui t’inspires-tu ? 

Ça dépend vraiment de l’instant, de mon mood, des gens avec qui je suis en session. En ce moment, les documentaires nature et écologie, (notamment la série « Notre Planète » sur Netflix) sont les choses qui m’inspirent le plus en session.  Je travaille dans un studio avec très peu de lumière du jour, je crois que les grands espaces stimulent ma créativité. C’est incroyable et d’une telle émotion de se rendre compte qu’il y a tant de formes de vie, différentes de la nôtre, sur terre.

Une question en rapport avec l’actualité, est-ce que cette période de confinement t’a permis d’avancer sur certains de tes projets ? 

Pas du tout, je suis une girouette qui a beaucoup de mal à être créatif dans les situations extrêmes. L’actualité a pris beaucoup sur ma capacité de concentration.  Du coup j’en ai profité pour travailler des choses très concrètes en me formant sur de nouvelles techniques de production sonore et, en apprenant à maitriser des logiciels de création visuelle encore inconnue pour moi. J’ai écouté beaucoup de musique aussi 🙂

Dernière question, quels sont tes prochains projets et enfin quel est ton rêve ultime en tant qu’artiste ? 

Je sors mon deuxième EP à l’automne, j’ai super hâte, c’est le fruit d’un an de travail.  Sinon actuellement je produis le premier album de Praa et le prochain disque de Tahiti 80. Mon rêve ultime en tant qu’artiste? La réponse facile serait de souhaiter que ma musique soit écoutée par le plus de personne possible… mais je fais surtout ce métier  pour rencontrer d’autres artistes et me nourrir de ces collaborations alors je dirais que mon rêve ultime serait de travailler avec Thom York, l’artiste qui m’a fait fantasmer et découvrir tellement de choses à travers son art.

Publicités